Une Histoire De Malle.


Une Histoire De Malle.

Il y a bien longtemps de cela, venant d’une très très vieille maison, est venue jusqu’à mon ouïe, l’histoire d’une malle… La malle a dit, car oui on me conta qu’elle parlait de par une écriture semblant venir de nul part ailleurs, cette grande caisse qui jonchait semblait-il sur un plancher délabré par ce temps que personne n’avait voulu lui accorder.

L‘on me dit, qu’elle causait un langage incompréhensible avec des lettres qui se collaient les unes aux autres sans pour autant qu’elles ne signifiaient la construction de mots intelligibles, ne pouvant pénétrer jusqu’à nos petits cerveaux, limite cervelles de moineaux que nous, pauvres humains, ne pouvions y comprendre le sens réel des mots cachés.

Je fus intrigué par ce dire et je voulus en savoir un peu plus sur cette chose dite au hasard d’une nuit chaude et orageuse, je pris possession de l’adresse de la vieille baraque et m’en allât la boule au ventre et le cœur serré par tant de mystère que presque j’y allais à reculons, la sueur commençant à dégouliner sur le front et les jambes limite flageolantes.

La porte s’ouvrit à mon tintement de sonnette de porte, quelque peu surpris et décontenancé, car j’imaginais cette vieille bicoque si reculée du monde, inhabitée. Et bien non, il en était tout autrement que le fond de ma pensée ! Une frêle dame à l’allure pittoresque m’ouvrit son antre sans poser de questions et me fit m’engouffrer dans son lieu de vie.

Je lui raconta de ce que j’entendis de mes oreilles entendues et elle acquiesça sans broncher, sans le moindre sursaut d’incompréhension. Elle me dit de sa voix à demie-éteinte, si faible comme l’était tout autant la lumière qui obscurcissait sa demeure, que tout était dans le vrai et que la malle se posait là depuis des lustres dans son grenier poussiéreux.

L‘occupante des lieux m’expliqua qu’elle avait l’impression que la malle était déjà là bien avant la construction de la maison, que ses parents avaient hérité d’une très vieille tante il y déjà bien bien longtemps. On lui avait toujours interdit d’ouvrir la caisse de bois, sans en savoir le réel pourquoi, et je la vis, rien qu’à cette idée, qu’elle en tremblait telle une fleur luttant contre le vent.

La dame, au prénom si vieillot d’Adélaïde, à l’âge bien incertain mais probablement aussi âgée que la maison, me menât jusqu’à la caisse de bois, je découvris une pièce semblant d’une rareté telle que même l’antiquaire du coin en resterait alors bouche bée, dans un silence monastérial, au devant d’un tel objet, sur lequel nous pouvions apercevoir sur le devant, une gravure bien énigmatique.

Adélaïde resta près de ma personne, sans bruit, le souffle court, lorsque j’entrepris de soulever le lourd couvercle de la grande boite, à l’intérieur de celle-ci jusqu’à mi-hauteur, un tas de feuillets manuscrits s’y trouvait, avec comme il était dit, un assemblage de mots et de lettres ne voulant absolument rien dire, enfin, en tout cas pour moi il en était bien sûr hors de portée de mon propre savoir.

Nul besoin d’avoir à déchiffrer les feuilles d’écriture, une voix se fit entendre comme sortir d’outre-tombe. Je regardais la vieille Adélaïde, tout juste à côté de ma personne, sa bouche resta fermée, comme cousue de fils transparents que je crus bien même qu’elle allait m’en faire une syncope alors que la parole, elle, la voix semblant appartenir à la malle continuait à jaser dans un monologue parfait.

Je ne comprenais rien de rien à cette histoire, tellement cela semblait invraisemblable de tout, la malle avait une voix douce et féminine, elle semblait d’un âge relativement jeune, elle parlait, parlait, parlait, qu’au bout d’un moment j’avais cette impression étrange de tout comprendre de ces mots, l’air apeuré, au point même que je me mis à refermer la malle, dans un fracas à en faire tomber les murs de la vieille baraque.

Je pris la main d’Adélaïde, nous marchâmes d’un pas rapide, sans regarder par dessus nos épaules. À double-clé, on referma la porte, je voulus embarquer Adélaïde hors de ses murs, elle en décida autrement. Sa maison, c’était sa vie, son refuge jusqu’à ce que le bon Dieu vienne la chercher dans son sommeil me dit-elle… J’en conclue que je ne pouvais rien y faire pour l’en dissuader, c’était son dernier choix pour se rapprocher de la croix du Seigneur…

Au fil des années, je ne voulus plus rien entendre se rapportant à cette maison, de cette étrange malle, mais je n’avais jamais cessé de penser à Adélaïde. Au point même, d’y avoir voulu donner ce prénom désuet et charmant à la fois, à ma fille que j’eus quelques ans plus tard…Peut-être est-elle encore de ce monde ? Peut-être que la malle attends encore qu’on vienne l’ouvrir ? Si à jamais… Interdiction ! Veuillez jamais ouvrir cette caisse de bois ! Sinon…

Paul Andrews,

Écrit le 28/01/2016.

~ par Gaël LOAËC/Paul ANDREWS (Blog 3) sur 28 janvier 2016.

17 Réponses to “Une Histoire De Malle.”

  1. Une malle bien mystérieuse , un parcours bien agréable dans l’univers de l’étrange , j’aime
    Bon dimanche
    Bises

    J'aime

  2. ce billet me rappelle qu il y a des années dans le grenier de ma maison à la campagne j ai découvert une grosse malla très ancienne ayant appartenue à mon arrière grand mère,,la curiosité prenant le dessus j ai levé le couvercle et découvert des trésors;;robes anciennes ,courrier d amoureux avec des cartes faites de dentelles,,en fait j ai découvert la vie de mon arrière grand mére,,des larmes oui mais quel bonheur;;;cher Gael son écrit a remué bien des souvenirs en moi;;merci de ce texte ;;bisous d amitié cher ami

    J'aime

  3. Bonjour Gaël,

    quel magnifique conte je suis sous le charme du mystère de cette malle .

    Un moment de lecture comme je les aimes avec une intrigue qui capte le lecteur jusqu’au bout en laissant libre choix de la vie de cette malle à la lectrice que je suis , merci pour ce fabuleux arrêt dans le temps.

    Je te souhaite une bonne fin de semaine.

    Gros bisous affectueux amitiés Nadine.

    J'aime

  4. Si superbe conte!!!! Vraiment!!!!!

    J'aime

  5. Bonsoir Paul une histoire qui laisse en haleine jusqu’au bout, et je pense que cette voix étant l’âme de tous ses écrits laissés depuis des temps y croire sont déjà une réalité merci de l’avoir conté aussi bien amitié Paul ,

    J'aime

  6. WOW …Super histoire pleine de mystère …
    J’aime beaucoup …!!!
    Y aura-t-il une suite ?

    Becs du Québec
    Manouchka

    J'aime

  7. C’est bien une histoire de breton…mystérieuse et qui nous met le mot à la bouche. Je suis sûr que tu médites une suite car il est impossible que tu n’ouvres pas cette boîte de Pandore…

    Aimé par 1 personne

  8. un prénom peu donné

    J'aime

  9. il faut raconter cela le soir pres du feu c est super

    J'aime

  10. j’aime aussi ce charmant vieux prénom Adéalaide !!!
    et alors Gael tu t’es fais la malle très loin de cette malle sans jamais plus chercher à savoir quel mal la rongeait ?
    une histoire mystérieuse comme je les aime !!!
    bravo et un gros bisou🙂

    J'aime

  11. ce que j’ai à dire est tout simple…. »j’adore » !!!!!!!!!!!!!!!! voila !!!

    J'aime

  12. Très sympa. Je peux relouer?

    J'aime

Vos Suites De Mots Aux Miens

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Cancer en blog.

Je préfère mourir de rire que mordue par un crabe ! Le rire est un médicament à utiliser sans modération.

kmaidy

bloguer, échanger , un petit bonheur !

sale temps pour les ours

le blog d'expression littéraire (mal léché) de Céline Galaska

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

Arts et littératures de la Francophonie...

Le monde est dans tes yeux ...

... le premier matin du monde est aujourd'hui ...

kmaidy2

nous partageons, vous partagez ....

La forêt Boréale à travers mon objectif

PhotosMJ©2015-2016 Tous droits réservés.

La Tribu d'Anaximandre - des photos au fil des jours.... de Danièle Nguyen Duc Long

"La photographie est une brève complicité entre la prévoyance et le hasard." Bienvenue dans mon univers photographique.

Le peuple du Boréal

Le vent du Nord qui te ramène doucement à la maison, vers tes traditions. 

Soizic Pineau, artiste photographe

Partager, discuter, échanger autour de la photographie

Karine St-Gelais

L'usine qui crochissait les bananes, Nouvelle Baieriveraine sous ma plume rafraichissante p'tite vie, p'tite misère...

Roberte Colonel

Des mots, rien que des mots.

Mariessourire essence d'émotions

L'essentiel est invisible pour les yeux, on ne voit bien que par le coeur...

Anne-Cécile Gohier

Black and White Photos

LE REVE D'ANGEL ENEMUS

LOVE IS OUR RESISTANCE

Arrêt Facultatif

Om even bij stil te staan, of niet.

Images en blog

Des images, bonnes ou moins bonnes... à vous de juger.

Humeurs en blog

Les humeurs, c'est comme le ciel, ça change tout le temps... Mes coups de coeur, mes coups de gueule sur le monde qui nous entoure.

- En écrit libre -

Poésie libérée conservatrice, plutôt orientée vers le symbolisme, qui s’attache à suggérer des états d’âmes, refléter les mouvements de l’esprit et du cœur.

G@ël LOAËC-P@ul Andrews (Blog 3)

Des Poèmes, Des Poésies, Des Écrits En Terre de Poèmesie (Virtu@l Book N°III.)

pppjwd

ich mach`s einfach !

Freellium

Free way to feel

Le rimenaute

Pour vous toucher par les mots... avec le concours de Lilou, ma nièce.

Au Pays de mes Rêves

Oser y croire ...!

l'encre des âmes....

" l'âme , Lumière d'Amour "

Partage de nos mots échange de nos sourires

pour le plaisir de partager !!!

MONSIEUR PØCKPÄ

Splash Of Culture

Instants Fugitifs

photos des Instants Fugitifs de la Nature

Mamie en cavale (Francine Campeau)

La pratique de la photographie m'aide à mieux vivre. Merci de votre visite. Merci aussi de commenter.

bienvenue chez peanuts

que la force soit avec nous

orepuk

En sortant de chez moi

TK.KIM

Car je suis intimement persuadée qu’il n’y a rien de plus sensé que de se perdre n’importe où, et de courir dans toutes les directions à la fois

L'oeil en clic

Faiseur d'images, marqueur d'instants

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

De Moi vers Vous... De Vous à Moi

ENSEMBLE, 52 semaines, au naturel

Duo de photos et textes, par Anne Jutras et Nathalie Lauzon

Maître Renard

S'il te plaît, apprivoise-moi...

Evelyn Wallace -The Castle Lady

Do you love castles like me ?

Les soupirs sont le langage du coeur

mes mots douceurs .

Le style, cest le mot qu'il faut. Le reste importe peu. (Jules renard)

my virtual playground

I'm a global citizen and I live what I love... being here is also being away from elsewhere…:-)

I like fish'n'chips

Dessins poétiques, textes rigolos et vice-versa

%d blogueurs aiment cette page :