Dentelle de Fleurs.

•8 août 2019 • Laisser un commentaire

Capture d’écran de 2019-08-08 05-21-22

Dentelle de fleurs

M&A.

•8 août 2019 • Laisser un commentaire

M&A.

J’vous dis merde, j’vous dis adieu

J’aime pas trop les emmerdes,

J’vous rassure, pas plus qu’le bon dieu

J’vous dis merde et j’vous dis adieu

Le simple plaisir de s’rouler dans l’herbe

M’rendait vraiment bien heureux

J’vous dis merde, j’vous dis adieu

C’est pas que je m’emmerde

Mais quand sonne l’heure, c’est sûr

Qu’c’est largement beaucoup mieux !

J’vous dis merde, j’vous dis adieu

J’trouve pas de rimes en « Erde »,

Ça m’rend fort grognon et malheureux

J’vous dis merde et j’vous dis adieu

Et vous, vous pensez quoi des Serbes ?

Est-ce que leurs bébés font aussi des areu ?

J’vous dis merde, j’vous dis adieu

Parfois j’ai peur de m’perdre,

D’me noyer dans mon propre pieu

J’vous dis merde, j’vous dis adieu

Mes quelques mots s’veulent pas acerbes

J’vous jure et enfin j’vous rassure

Que je n’joue qu’un p’tit et drôle de jeu !

Gaël Loaëc

Écrit le 18/10/2018.

Modifié le 05/08/2019.

Piafs En n’Ombre.

•2 août 2019 • Laisser un commentaire

Capture d’écran de 2019-08-02 06-08-52

Capture d’écran de 2019-07-28 11-43-20.png

  • Photographie Personnelle

Insomnie Delirium.

•23 juillet 2019 • Un commentaire

Capture d’écran de 2019-07-23 10-22-36

Fleurs en Exploration.

•17 juillet 2019 • 2 commentaires

Fleurs en Exploration

IMG_4588

  • Photographies Personnelles.

Les Fenêtres Ouvertes.

•15 juillet 2019 • 2 commentaires

Les Fenêtres Ouvertes

Of Ephemeral Art.

•6 juillet 2019 • 5 commentaires

Of ephemeral Art

…L’Effet Mer est un Art qui n’est pas prêt de s’arrêter…(P.A.)

IMG_4251

 

Lutin de Pierre

•23 juin 2019 • 2 commentaires

Lutin de Pierre

  • Photo Personnel.

Analyse de Texte.

•19 juin 2019 • 2 commentaires

Capture d’écran de 2019-06-15 06-24-56

Le Bateau du Frigo.

•15 juin 2019 • Un commentaire

Capture d’écran de 2019-06-14 20-58-59

Réflexion sur l’Après-Avant.

•14 juin 2019 • 3 commentaires

Réflexion sur l’Après-Avant.

Il n’y a pas d’Après sans Avant, mais Avant d’avoir des Après, faut déjà qu’il y ai eu des Avant ! Non ? Avant-Après, Après-Avant, une association indissociable, de la même façon qu’un Passé, Présent et Futur. Avant je courrais Après, après le temps mais sûrement pas Après le vent qui avance trop vite. Après l’essoufflement, nous posons le Présent, celui de se reposer, non pas sur ses lauriers qui eux se sont posés sur la tête d’un César, ça c’est du Passé ! Mais pas au point d’être dépassé par les évènements d’un Après surtout s’il n’y a d’Avant avant ça ! Bref un Après sans Avant, ce serait du grand n’importe quoi… Nous avons beau dire qu’Avant c’était mieux, oui certes mais mieux Avant quoi car nos aïeux nous diraient la même chose que nous ne comprendrions même pas leur point de vue bien personnel ! La jeunesse de maintenant dans quelques années diront la même chose, que certains de nous affirmons présentement, Avant c’était… Bizarrement pour l’instant personne ne nous annonce Après ce sera… Ouaips sûr vue que l’Après c’est du Futur pas encore arrivé à notre portée… Là je sens que vous êtes complètement embrouillé par cette drôle de réflexion sur l’Après-Avant… Ne vous inquiétez pas, je vous assure qu’Avant ça, je n’ai point pris de substances illicites mais qui sait si Après ce genre d’écriture j’aille pas m’en griller une… Il n’y a pas d’Après sans Avant, mais Avant d’avoir des Après, faut déjà qu’il y ai eu des Avant ! Non ? En tout cas ce qui est fort certain est que cette putain de réflexion m’a donné un sacré mal de tête alors qu’Avant nada, mais bon là je suis dans le Présent, j’espère que mon Après sera beaucoup moins le coup de massue que maint’nant !

Gaël LOAËC

Écrit le 10/06/2019.

Chatons Duniers

•8 juin 2019 • Un commentaire

Chatons Duniers.

IMG_4204

Ô chatons des dunes,
Chatouilles-nous le bout,
De nos pieds dénudés,
Caresses-nous de douceur,
L’extrémité de nos p
etits nez.

Ô chatons des dunes,
Le lièvre a perdu sa queue,
Pour se poser sans douleur,
Sur la dune fragilisée,
Tu resplendis les sols,
Verts et sablonneux,
De tes immenses contrées,
Aux parfums iodés.

Ô chatons des dunes,
Dessine-nous un paysage,
De toute beauté,
Laisses-nous marcher,
À tes côtés, laisse-moi te conter.


Gaël Loaëc
Écrit le 07/06/201
9.

IMG_4206.JPG

Gaël Loaëc
Écrit le 07/06/201
9.

Photos Personnelles.

 

 

Face à l’Impuissance du Grand Âge.

•26 mai 2019 • Un commentaire

Ce vendredi dernier, j’ai reçu ces quelques mots de Gaetana, une amie de longues dates, sur les blogs et réseaux sociaux… me proposant de mettre en poésie, les mots qu’elle n’arrive pas à exprimer avec ses propres mots…

« Je ne trouve pas mes mots pour écrire mon impuissance devant ma maman âgée de 94 ans, qui faiblit de jour en jour, sous mes yeux, la peur du départ, ce lien, ce cordon que je n’arriverai jamais à couper… » Gaetana A.

***

À Gaetana A. et à Alfonsina, sa maman,

Face à l’Impuissance du Grand Âge.

Photo Gaetana Agro

Poser mes doigts sur les tiens,

Te tenir cette main si fragile, prise par le temps,

Pour te donner encore de la force de tenir,

De vivre quelques moments heureux à tes côtés,

Je ne sais comment affronter quand le douloureux

Fera son entrée, de venir un jour t’emporter,

Le jour de ton départ sera une délivrance

Certaine, mais ne sera en aucun cas un aveu,

La peur me tiraille et s’embuent mes yeux,

Rien qu’à tendre l’oreille sur cette idée…

***

Poser ma main délicatement sur la tienne,

Et tenir tes doigts si frêles contre les miens,

Ce toucher qui fait ressentir, qu’il y a encore

De la vie dans ton corps de nonagénaire,

Face à l’impuissance de ce grand âge,

Mes mots ne sont plus qu’un vide permanent,

Un désarroi où la peine me chagrine,

Mais qu’ à personne, je ne montre nullement…

***

Poser mes yeux sur tes beaux yeux de femme,

D’épouse, de maman et de grand-mère,

C’est poser ma reconnaissance sur celle que tu es,

Sur celle que tu as été pendant un presque siècle,

Je le vois à ton regard, que tes yeux pétillent toujours,

Mais que la lumière s’affaiblit néanmoins de jour en jour,

J’ai franchement peur de ce jour où l’on m’annoncera ton départ…

***

Poser ma main sur ton cœur et le sentir vivre pour toujours,

Penser à ce lien de sang qui nous unit, à cet amour que tu m’as porté,

Toute cette vie parcourue, c’est un cordon que je ne couperais jamais,

Car il fait tellement parti de nous et de ton histoire, et je le sais,

Pertinemment, qu’il faudra bien que s’éteigne la lumière un soir…

60986266_364018650908225_3263784075302797312_n

Gaël Loaëc, pour Gaetana A.

Texte écrit le 25/05/2019.

Merci beaucoup Gaetana de ta belle confiance que tu as eu en moi pour écrire en ton nom…MERCI !

Face à l’Impuissance du Grand Âge.png

Démo en Mots.

•25 mai 2019 • 3 commentaires

Des mots,
Chantés, parlés qui
Signifient tant de choses,
Et qui nous transportent.

Des mots,
D’écrivains, poètes,
Des musiciens sans trompette,
Aux paroles qui transpercent.

Des mots de cœur,
Et qui jamais ne meurent,
Intemporelles mélodies,
Gravées en fond de mémoire.

Des mots en démo,
Qui tournent sur platine,
Des mots de littérature,
Qui s’écoutent et se fredonnent.

Des mots certes,
Mais loin d’être si démodés…

Gaël Loaëc

Écrit le 24/05/2019

Roses en Éclosion.

•22 mai 2019 • Un commentaire

Capture d’écran de 2019-05-19 21-11-44.png

Prendre le Temps.

•18 mai 2019 • 10 commentaires

Prendre le Temps.

Poser les yeux sur la vie,

Et faire reculer nos démons de la nuit,

Prendre le temps de croire,

Qu’il n’ y a rien d’autres derrière les miroirs,

Que nous et nos propres envies d’un soir.

*****

Poser le temps d’une photographie,

Prendre le temps de se voir,

Tel que nous sommes, tel que je suis,

Pas seulement le monstre d’une foire,

Qui y perdrait la tête en quête de gloire.

*****

Prendre le temps et oublier le sursis

Vivre les moments qui nous restent et s’asseoir

Profiter de son instant présent, simplement assis

Se remémorer le goût, l’arôme du café noir

Et la douceur de sa peau en hors peignoir.

*****

Poser les yeux sur sa propre vie

Cela ne veut pas dire que tout est fini

C’est prendre le temps sur l’incompris

De donner de soi et d’un recevoir

Autrement que par l’ouverture d’un parloir.

Gaël Loaëc

Écrit le 18/05/2019

Branches de Plumes.

•11 mai 2019 • 2 commentaires

Branches de Plumes.

img_20190429_174748_481

Quand la nature se fait douceur de plumes,

Le paysage se pare d’une beauté inégalable,

S’élevant jusqu’aux cieux, éloignant la brume,

Les arbres de plumes semblent insaisissables.

******

Une tendresse de verdure, virevoltant au vent,

Où quelques oiseaux n’hésitent pas à se poser,

Pour prendre de la hauteur, piaffant bien contents,

De la renaissance, de la saison qui vient de démarrer.

******

Plumes de Paon, se déployant dans les cimes,

Le Caméléon ne sachant pas jouer de la flûte de Pan,

Les courants d’air se jettent dans le vert sublime,

Envoûtant les contrées, aux sons des arbres chantants.

******

Quand la nature se fait douceur de plumes,

Laissant la place aux fleurs et aux papillons,

La froideur n’est plus qu’un sentiment d’amertume,

Célébrant l’envol de milliers d’oisillons.

img_20190429_174748_482

Gaël Loaëc

Écrit le 11/05/2019.

Une Légère Réflexion Sur La Construction.

•10 mai 2019 • 2 commentaires

Une Légère Réflexion Sur La Construction.

Parfois il faut savoir reprendre là où nous avons arrêté pour mieux reconstruire notre profonde pensée mais ce n’est point un aise affaire de le dire, il suffit juste d’essayer et de mettre à profit ce que nous désirons au fond de nous. Construire ensemble, avec des mots justes mais aussi avec des actes qui peuvent être incompris de certaines personnes, le principal est que déjà d’y croire soi-même sans se soucier des avis contraires. Reconstruire ce qui a été détruit pour revenir plus fort, un challenge de tout les jours, d’un vouloir se dépasser sans être obligé de dépenser toute l’énergie qui est à notre portée, y laisser un peu de carburant de soi pour le bonheur des autres mais aussi pour combattre certains démons qui pourrissent votre vie ! Parfois il faut savoir reprendre là où nous avons arrêté pour mieux reconstruire notre profonde pensée… Et enfin voler de ses propres ailes à coter de ceux que nous aimons. N’ayons pas peur de donner de nous-même mais à juste niveau, sans que cela vienne entacher votre intérieur car si la pourriture s’empare de vous, elle est bien plus souvent difficile à enlever qu’à s’emparer de votre corps, sachez doser la bonne proportion de votre don à offrir aux autres, pour être apprécié à sa juste valeur ! Faire de sa construction de soi un rempart solide où rien se saura vous atteindre, pas même les faux-culs de pacotille ! Y monter un mur d’une solidité parfaite n’est pas donner à tout le monde, nous sommes probablement les maçons de notre propre monde, avec les outils que nous avons à notre portée. Donnons-nous la peine de s’ouvrir à l’autre et d’offrir de son vécu mais cela sans trop dévoiler de son personnel propre à soi et qui pourrait alors tout valdinguer par des intentions limites ! Parfois il faut savoir reprendre là où nous avons arrêté pour mieux reconstruire notre profonde pensée… Un vaste sujet de philosophie que la construction, une légère réflexion qui s’impose à nous pour x-raison, l’écrire peut être libérateur, le dire pourra être délivreur et le crier, une source puissante d’ouverture vers des portails vers des dimensions inconnus de nous tous. Un voyage en dehors de notre corps pour un nouveau départ, une pratique chamanique pour apprendre à se connaître d’avantage et se retrouver plus fort que jamais, plus lucide qu’une luciole retrouvant son chemin dans les ténèbres ! Que la lumière soit… Parfois il faut savoir reprendre là où nous avons arrêté pour mieux reconstruire notre profonde pensée… De nos yeux grands ouverts, suivre son étoile protectrice et l’admirer dans cette nuit sans nuage à la lueur d’une pleine lune, s’ouvrir aux cieux sans pour autant en ouvrir les veines de la nature qui est si sacrée. Construire les barrages à la façon des castors pour ne filtre l’eau que par petit ruissellement, source de vie qui coule en nous tous. Savoir garder le minima en soi et pouvoir mener sa barque là où bon nous semble en évitant qu’elle ne dérive dans les noirceurs qui pourront nous faire oublier qui nous sommes réellement ! Sans relecture… Parfois il faut savoir reprendre là où nous avons arrêté pour mieux reconstruire notre profonde pensée, d’être et de rester qui nous voulons être !

Gaël Loaëc

Écrit le 10/05/2019.

History Of Clan.

•8 mai 2019 • Un commentaire

History Of Clan.

Peut importe là où nous sommes, où nous seront, il y aura toujours des Clans qui se formeront ! Nous ne pouvons forcer une tiers personne à adorer l’un ou l’autre pour le bien-être d’autrui, mais nous pouvons néanmoins, soit la saluer ou tout simplement l’ignorer comme bon nous semble, en essayant de ne pas l’anéantir malgré tout ! Un Clan, c’est un peu aussi comme une famille, un lien de sang inévitable soit, et une famille de cœur par des rapprochements sur des affinités communes, déclenchant parfois l’euphorie pour un oui ou pour un non… De nom, il n’y a que le Clan que nous pouvons nommer par un ou deux, car bien souvent deux Clans sont en opposition, celui du bien face à celui du mal ! Mais où nous situons nous franchement entre le 1 et le 2 ? car pour le premier, nous sommes probablement le néant, alors que lui se croit la lumière, dans l’autre version du Clan, cela est inversé. Peut importe là où nous sommes, où nous seront, ils y aura toujours des Clans qui se formeront ! Des Clash of Clan, c’est des guéguerres de donzelles qui se font cramer les plumes, tout comme des combats de coqs qui ont démarré, pour savoir qui portera le mieux sa crête, sans prendre le risque de penser qu’un jour, elle tombera dans l’arène de la basse-cour de la vie ! Dans le milieu de l’entreprise, c’est encore plus fort avec des balances ton… Cul de jatte de lépreux qui te met bien à part dans ton coin, à la limite qu’on te jetterait même dans le placard à balai, histoire de faire le ménage sans effort, alors qu’en fin de compte, la poussière n’est pas celle que l’on croit mais celle que nous laissons virevolter libre de tout mouvement sans même penser que le mal a démarré à cause de… Peut importe là où nous sommes, où nous seront, ils y aura toujours des Clans qui se formeront ! Une histoire de Clan, de l’opposition d’être libre en soi et de ne pas suivre le chemin de l’autre, par risque d’être le mouton de sa majesté, voilà l’idée d’avoir sa propre ligne de conduite, sans devoir pour autant tout sacrifier, mais parfois n’avons-nous pas le choix ? Nous formons des Clans à nous seul, en interne, (Avouons quand-même que cela fait un bien fou d’être nous-même et non celui que l’autre voudrait que l’on soit), également avec des pensées uniques, que nous ne voulons égarer dans des têtes qui ne comprendrons rien de ce que nous voulons dire tout simplement ! Peut importe là où nous sommes, où nous seront, ils y aura toujours des Clans qui se formeront ! À quoi bon s’éparpiller maladroitement sur des sentiers tortueux, deux Clans ne feront jamais un car il y aura toujours de pénibles désaccords qui finiront par se régler par des armes, factices ou réelles peut-importe réellement car les armes pourront être tout aussi blessantes qu’une flèche transperçant le cœur d’une certaine raison, par des mots qui tueront silencieusement la personne qui les recevra de plein fouet ! Ne pensez pas que lorsque deux clans s’uniront, que tout ira bien pour autant, rien n’ira car rien ne se dira dans la profondeur, tout restera comme en lévitation jusqu’au moment où la foudre s’abattra comme un glaive tombant sur les petites têtes des soit-disants bien pensants ! Peut importe là où nous sommes, où nous seront, ils y aura toujours des Clans qui se formeront ! Des Clans, de ceux qui feront mieux le feu que l’autre, de ceux qui sauront faire tomber la pluie pour mieux éteindre la flamme que l’autre aura réussit à faire naître par la force de son courage, des Clans de jalousie tout bonnement…et puis comme on dit bien souvent « des chiens ne font pas des chats » alors le mieux que l’on puisse faire pour se préserver est de ne pas se mélanger, certes pas la meilleure solution nous diraient certaines personnes de bonne fois mais ce choix n’appartient qu’à nous-même, à notre propre jugement de l’autre, de savoir si l’on désire ou non d’intégrer un Clan dans un autre Clan ! Sans relecture… Peut importe là où nous sommes, où nous seront, ils y aura toujours des Clans qui se formeront ! À qui veut bien l’entendre et surtout le comprendre…!

Gaël Loaëc

Écrit le 08/05/2019.

Le Retour de la Page Blanche.

•8 mai 2019 • 4 commentaires

Le Retour de la Page Blanche.

Je me pose devant mon écran, ma page blanche, non pas parce que j’ai quelque chose d’important à dire, à raconter, à hurler, à dégueuler mais parce que les choses doivent être faite et narrer tout simplement. Se poser devant le néant, le trou noir de l’écriture comme un manque qui ressurgit, manquant cruellement de temps, d’idées. D’autres passions sont venues se poser à mes yeux, celui de m’occuper de mon chez moi extérieur comme intérieur, d’aller d’un but à l’autre pour y faire de la photographie, d’un sport auquel je me saurais jamais cru capable d’adhérer mais pour l’amour de mes progénitures, j’y ai pris goût et surtout plaisir de le faire encore et encore au point de suivre et d’apprécier ce que je fais. Je me pose devant mon écran, ma page blanche qui se noircit à nouveau comme une possible renaissance d’un vide pourtant loin d’être si vide que ça malgré tout. Se dire que les mots sont la force de nous même, je n’y crois pas forcément ! Les meilleurs mots sont ceux qui se trouvent dans nos cœurs avec parfois le silence qui s’impose comme une remise en question alors qu’il n’y a point lieu de le faire, espérant même que des réponses viennent alors tout chambouler pour le bien-être de tous mais surtout pour notre bien propre à nous-même plus qu’aux autre peut-être… Le retour de la page blanche comme un retour au source d’un savoir qui ne s’efface jamais de notre vie, de notre mémoire, mais que l’on refoule par manque d’inspirations, par manque d’envie, par manque de temps réel, entre le travail hebdomadaire qui nous pompe notre plus grande énergie et les week-end que l’on voudrait plus long pour alimenter nos multiples affaires, que nous n’arrivons plus à traiter dans le temps imparti qu’il nous reste ! Il y a de ceux, qui ne vivent que pour eux, sans se soucier des à-côtés, du facteur humain, ni de la détresse des océans et autres disparitions bouleversantes de notre Monde, et il y a de ceux qui y croient dur comme fer que la vie se mérite d’être vécu avec les risques qui encourent, de tout perdre parfois, mais d’être à cent pour cent d’une capacité intellectuelle qui ne dépassera probablement jamais le dix à l’heure, sans effleurer l’idée de tout griller au passage à niveau… La chute est proche dit-on dans les hautes sphères du pouvoir en place, une dégringolade vertigineuse que nos dirigeants pensent être la source d’un petit peuple de moutons ou de pingouins, c’est selon le terme de chacun ! Chacun voit midi à sa porte, pour ma part, je vois juste qu’il est sûrement trop tard pour réparer certaines choses, il nous faudra juste ce temps incertain pour calmer les ardeurs et estomper les blessures que l’humain a propagé durant des siècles et des siècles…Amen ! Amène ton cul et tes mots là où tu veux sans te soucier du qu’en-dira-t-on, même si cela n’a ni queue, ni tête, tant que tu y crois toi, de ce que tu as à raconter et au diable les gens qui ne veulent pas se faire à l’idée que les meilleurs propositions ne sortent pas toujours de la cuisse de Jupiter mais plutôt de ceux et celles qui ont réellement les pieds sur Terre ! Je me pose devant mon écran, ma page blanche qui à présent n’est plus très blanche tout compte fait. Je vous dirais bien que cela me fait un bien fou comme une satisfaction rolling stonienne (pour ne pas dire rock’n’roll) mais franchement, je ne sais pas…Certes, le plaisir d’écrire m’a laissé le temps de continuer mes bouts à bouts de mots sans me demander par quel chemin dois-je avancer pour continuer et être crédible aux yeux de vous tous… Je ne suis présent ici et là pour une certaine crédibilité ! Lorsque jadis (comme une terrible impression que cela fait une éternité !) j’écrivais mes lignes poétiques, et je ne faisais que ça d’ailleurs…j’allais sur tout et n’importe quoi, sur une inspiration d’un mot ou bien d’une photographie, les sujets pouvaient être vastes. J’étais pour la plupart du temps assez fier de mon «job» de poète mais bon, faut pas se leurrer la face du pet caché non plus…la poésie proprement dit ne se vend pas, à la limite même, à se demander si elle se lit, juste quelques lignes qui restent en nos mémoires tout juste, mais ce genre littéraire est d’une telle profondeur que jamais elle ne pourra me quitter ! Quoiqu’on en dise, des Jean penserons toujours que l’écriture poétique est et restera le genre de l’écrivain raté qui ne peut aller plus loin, dans des constructions d’idées pour un faire un roman… J’arrive enfin au bout de cette putain de page blanche, devant la page ouverte de mon écran qui s’est noircie d’idées assurées tout comme confuses et j’ai brodé en un peu plus d’une heure à pianoter sur mon clavier des mots que vous comprendrez ou pas… Sans relecture… Si vous êtes allés jusqu’au bout… alors Merci !

Gaël Loaëc

Écrit le 04/05/2019

 
Footeuses

Site d'actualité sur le football féminin.

L'ASC Saulxures Féminines

Bienvenue sur le blog consacré à la Section Féminine de L'ASC Saulxures. Vous y retrouverez toute l'actualité du club ! Bonne lecture et vive le FootbalL Féminin !!

Vingt quatre heures une

1 001 Histoires de Cultures

Histoire féminines

Aimante des mots avec des Histoires de Fantasmes à partager...

Marie des vignes

Smile! You’re at the best WordPress.com site ever

Hélène Duc - Autrice (Page Officielle)

Son actualité littéraire en ligne

Cancer en blog.

Je préfère mourir de rire que mordue par un crabe ! Le rire est un médicament à utiliser sans modération.

kmaidy

bloguer, échanger , un petit bonheur !

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Le monde est dans tes yeux ...

... le premier matin du monde est aujourd'hui ...

kmaidy2

nous partageons, vous partagez ....

|L'appel de la nature |Photographie

©2015-2020 | Prêt à suivre mes sentiers? Nourrissez votre esprit de la forêt boréale. Abonnez-vous pour les recevoir les derniers articles.

La Tribu d'Anaximandre - des photos au fil des jours... de Danièle Nguyen Duc Long

"La photographie est une brève complicité entre la prévoyance et le hasard." Bienvenue dans mon univers photographique.

Le peuple du Boréal

Le vent du Nord qui te ramène doucement à la maison, vers tes traditions. 

Soizic Pineau, artiste photographe

Partager, discuter, échanger autour de la photographie

Karine St-Gelais

L'usine qui crochissait les bananes, Nouvelle Baieriveraine sous ma plume rafraichissante p'tite vie, p'tite misère...

Roberte Colonel

Des mots, rien que des mots.

Mariessourire essence d'émotions

L'essentiel est invisible pour les yeux, on ne voit bien que par le coeur...

LE REVE D'ANGEL ENEMUS

LOVE IS OUR RESISTANCE

Arrêt Facultatif

Om even bij stil te staan, of niet.

Images en blog

Des images, bonnes ou moins bonnes... à vous de juger.

Humeurs en blog

Les humeurs, c'est comme le ciel, ça change tout le temps... Mes coups de coeur, mes coups de gueule sur le monde qui nous entoure.

- En écrit libre -

Poésie libérée conservatrice, plutôt orientée vers le symbolisme, qui s’attache à suggérer des états d’âmes, refléter les mouvements de l’esprit et du cœur.

G@ël LOAËC-P@ul Andrews (Blog 3)

Des Poèmes, Des Poésies, Des Écrits En Terre de Poèmesie (Virtu@l Book N°III.)

pppjwd

ich mach's einfach !

Freellium

Free way to feel

Le rimenaute

Pour vous toucher par les mots... avec le concours de Lilou, ma nièce, photographe en herbe Site: www.freellium. wordpress.com

Au Pays de mes Rêves

Oser y croire ...!

Partage de nos mots échange de nos sourires

pour le plaisir de partager !!!

Mamie en cavale (Francine Campeau)

La pratique de la photographie m'aide à mieux vivre. Merci de votre visite. Merci aussi de commenter.

bienvenue chez peanuts

que la force soit avec nous

TK.KIM

Car je suis intimement persuadée qu’il n’y a rien de plus sensé que de se perdre n’importe où, et de courir dans toutes les directions à la fois

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

creannick.wordpress.com/

De Moi vers Vous... De Vous à Moi

ENSEMBLE, 52 semaines, au naturel

Duo de photos et textes, par Anne Jutras et Nathalie Lauzon

Maître Renard

S'il te plaît, apprivoise-moi...

Evelyn Wallace -The Castle Lady

Do you love castles like me ?

I like fish'n'chips

Dessins poétiques, textes rigolos et vice-versa

Puzzleblume ❀

mit Wurzeln und Flügeln

Voyage Vers Soi

52 semaines d'autoportraits

%d blogueurs aiment cette page :