Poésie De Verre.

•7 février 2016 • 8 commentaires

Poésie De Verre.

IMG_2700

J’ai glissé

mes mots tapuscrits dans

Une bouteille, espérant les

Faire voyager sur l’onde saline,

Parmi dauphins et baleines.

J’ai enfermé mes lignes poétiques,

Pour les jeter d’une falaise,

Les regarder alors voguer, dans

Le rythme d’une danse antillaise.

Se dire que le message passera,

Avec les remouds de l’océan, que

Ma poésie, jamais ne coulera, et qu’elle

Sera enfin lu, sur d’autres continents.

Et pourquoi pas, y croire que des sirènes

Lisent cette poésie de verre, et qu’elles

Arrêtent enfin d’aveugler les marins du

Monde, par leurs chants terriblement

Envoûtant, n’hésitant pas à les faire

Sombrer dans la gueule de l’océan.

J’ai glissé mes mots sur l’onde

Magique, pour les éloigner,

Bien loin du tragique.

IMG_2702

Paul Andrews

Écrit le 07/02/2016.

J’ai composé ces deux photos ainsi que cette poésie suite au défi du jour sur le groupe Défi Photos de mon amie Anne Jutras sur FaceBookhttps://www.facebook.com/groups/defiphoto30jourspourchangersavision/. Allez-y sans crainte que vous soyez amateur ou plus expert en photographie, c’est un groupe bien sympas à découvrir…

Poésie de Verre photo texte

Texte et Photo : Paul Andrews/Gaël Loaëc

Des Interdits.

•2 février 2016 • 9 commentaires

Des Interdits.

10271522_1259975970685974_292784366011933355_nInterdit de mourir sur

Les murs de Paris,

Interdit de salir,

Par le sang, le sol

De la Capitale,

Interdit de ne pas

Vouloir vivre, de boire

À la terrasse d’un café,

Interdit de fermer les

Yeux, de s’autoriser à

Regarder sous la jupe,

De la dame de fer,

Interdit d’effacer

Les mots de larmes,

Interdit d’interdire,

Interdit, il en va,

Sans rien dire,

Interdit sans

maudire

Maux

dire

Sir

Si

.

10271522_1259975970685974_292784366011933355_n

Paul Andrews

Écrit le 16/01/2015.

(D’après une photographie de François Sandevoir.)

« Rue des cascades. Paris XXe. Janvier 2016. »

Je tiens à remercier François Sandevoir de m’avoir autorisé à utiliser sa photographie m’ayant inspiré ces quelques lignes de mots. François poste régulièrement ses photos dans « Le groupe des petits mots lus dans la rue », voici le lien du groupe sur FB :  https://www.facebook.com/groups/PtisMotsLus/ ;-) 

Je tiens également à remercier Barbara Arand d’avoir partagé la photo de François sur son mur FB et de lui avoir fait dans un premier temps le relais pour ma demande d’autorisation ;-) Merci beaucoup Barbara …

Lettre À Toi, Mon Amour sur Short edition.com ?

•29 janvier 2016 • 27 commentaires

En théorie, j’ai 542 personnes, amis, blogueurs ou inconnus qui suivent mon blog de par le fait que vous recevez des notifications à chacun de mes nouveaux articles… J’ai mis le texte qui suit, qui date déjà de 2-3 ans, en compétition sur Short édition.com pour le prix Saint Valentin 2016 ! merci à vous de venir voter en masse svp, on sait jamais… http://short-edition.com/oeuvre/poetik/lettre-a-toi-mon-amour-1 et pourquoi commenter là-bas aussi comme ça je le saurais ;-) Vous avez jusqu’au 04 Février inclus pour aller voter ! Merci à vous toutes et tous, bizzzzz

Lettre À Toi, Mon Amour.

Je vous écris cette lettre, chère madame,
Ce courrier qui j’espère vous charmera ma belle dame.
Pour vous dire mon amour, mon grand plaisir
Qu’à chaque fois en mon cœur je reçois.
Vous êtes pour moi bien plus que vous n’y croyez,
Une charmante ensorceleuse qui a envoûté mon cœur.
Vous êtes celle qui a fait chavirer mes sentiments
Pour en devenir rouge de la passion.
Une passion débordante de vie et de richesse précieuse
Que je ne peux en aucun cas garder en moi bien seul.
J’aimerais crier au monde entier tout le bien que vous me faites,
Que vos caresses sont le baume qui ont guérit mes douloureuses blessures,
Que vos mots sont le réconfort que je n’ai, jadis, jamais reçu.
Je vous écris cette lettre, chère madame,
Une lettre d’amour comme je n’en ai jamais écrit.
Vous êtes ma princesse dans l’immense château qu’est mon cœur
À chacune des fois que je frôle votre peau, il en vient alors le sursautement
De mon muscle de vie, emprisonné en mon buste de chair.
Pour le bien-être que vous me procurez, je vous offrirais
Bien plus qu’un simple bouquet de roses
À vous, j’irais jusqu’à donner ma vie bien avant le jour
Où viendront les seigneurs de l’apocalypse.
Si je pouvais même déplacer la lune pour éclairer vos nuits je le ferais
Le soleil quant à lui, j’irais jusqu’à m’en brûler les ailes
Pour que jamais vous ne preniez froid, il serait alors comme le radiateur
Qui alimenterait votre corps de déesse et votre cœur plein de sagesse.
Je vous écris cette lettre, chère madame,
Un message bien personnel que je voudrais alors bien éternel.
Nos esprits ont fusionné pour en faire une seule et unique pensée
Vous êtes le double, celle qui au plus profond de moi, j’attendais,
Que bien même dans mes autres vies, encore, je n’avais point rencontré.
Cette missive, recevez-là comme un gage de ma bonne parole
Comme une garantie certaine de mes ressentis profonds.
À vous, je me dévoile mon amour, je vous divulguerais mon jardin secret
J’écouterais vos tourments, vos cauchemars que vous avez dissimulés depuis bien trop longtemps.
Sur mon visage, aucun masque n’est posé, je suis vrai face à vous
Et vous, face à moi, vous êtes la réincarnation de la beauté en tout point de vue
Et près de vous mon amour, ma dame de cœur, enfin je vole.
Je vous écris cette lettre, chère madame,
Ce courrier qui j’espère vous charmera ma belle dame.
Je la veux directe et franche, tendre comme peut l’être la tranche du pain,
Pétrie par des fourniers aux gestes passionnés, en sa mie blanche et savoureuse.
Sur vous, mon amour, j’étalerais la crème de la soif secrète,
Une vieille recette retrouvée qui me vient de mes ancestraux aïeuls,
Et lorsque celle-ci aura pénétré vos pores en tout point de vous
Alors dans l’immense jardin des sentiments amoureux, nous irons courir
Jusqu’à l’au-delà, en nos limites irréversibles.
Je vous écris cette lettre, ô ma délicieuse douceur de cœur
Vous êtes mon eau pure qui me fait tenir dans l’immobile verticalité
Prenez à pleines paumes mes mots et buvez-les jusqu’à la dernière goutte
Grande et merveilleuse en sera notre route vers un amour en artifice de feu.

(P.A)

Une Histoire De Malle.

•28 janvier 2016 • 17 commentaires

Une Histoire De Malle.

Il y a bien longtemps de cela, venant d’une très très vieille maison, est venue jusqu’à mon ouïe, l’histoire d’une malle… La malle a dit, car oui on me conta qu’elle parlait de par une écriture semblant venir de nul part ailleurs, cette grande caisse qui jonchait semblait-il sur un plancher délabré par ce temps que personne n’avait voulu lui accorder.

L‘on me dit, qu’elle causait un langage incompréhensible avec des lettres qui se collaient les unes aux autres sans pour autant qu’elles ne signifiaient la construction de mots intelligibles, ne pouvant pénétrer jusqu’à nos petits cerveaux, limite cervelles de moineaux que nous, pauvres humains, ne pouvions y comprendre le sens réel des mots cachés.

Je fus intrigué par ce dire et je voulus en savoir un peu plus sur cette chose dite au hasard d’une nuit chaude et orageuse, je pris possession de l’adresse de la vieille baraque et m’en allât la boule au ventre et le cœur serré par tant de mystère que presque j’y allais à reculons, la sueur commençant à dégouliner sur le front et les jambes limite flageolantes.

La porte s’ouvrit à mon tintement de sonnette de porte, quelque peu surpris et décontenancé, car j’imaginais cette vieille bicoque si reculée du monde, inhabitée. Et bien non, il en était tout autrement que le fond de ma pensée ! Une frêle dame à l’allure pittoresque m’ouvrit son antre sans poser de questions et me fit m’engouffrer dans son lieu de vie.

Je lui raconta de ce que j’entendis de mes oreilles entendues et elle acquiesça sans broncher, sans le moindre sursaut d’incompréhension. Elle me dit de sa voix à demie-éteinte, si faible comme l’était tout autant la lumière qui obscurcissait sa demeure, que tout était dans le vrai et que la malle se posait là depuis des lustres dans son grenier poussiéreux.

L‘occupante des lieux m’expliqua qu’elle avait l’impression que la malle était déjà là bien avant la construction de la maison, que ses parents avaient hérité d’une très vieille tante il y déjà bien bien longtemps. On lui avait toujours interdit d’ouvrir la caisse de bois, sans en savoir le réel pourquoi, et je la vis, rien qu’à cette idée, qu’elle en tremblait telle une fleur luttant contre le vent.

La dame, au prénom si vieillot d’Adélaïde, à l’âge bien incertain mais probablement aussi âgée que la maison, me menât jusqu’à la caisse de bois, je découvris une pièce semblant d’une rareté telle que même l’antiquaire du coin en resterait alors bouche bée, dans un silence monastérial, au devant d’un tel objet, sur lequel nous pouvions apercevoir sur le devant, une gravure bien énigmatique.

Adélaïde resta près de ma personne, sans bruit, le souffle court, lorsque j’entrepris de soulever le lourd couvercle de la grande boite, à l’intérieur de celle-ci jusqu’à mi-hauteur, un tas de feuillets manuscrits s’y trouvait, avec comme il était dit, un assemblage de mots et de lettres ne voulant absolument rien dire, enfin, en tout cas pour moi il en était bien sûr hors de portée de mon propre savoir.

Nul besoin d’avoir à déchiffrer les feuilles d’écriture, une voix se fit entendre comme sortir d’outre-tombe. Je regardais la vieille Adélaïde, tout juste à côté de ma personne, sa bouche resta fermée, comme cousue de fils transparents que je crus bien même qu’elle allait m’en faire une syncope alors que la parole, elle, la voix semblant appartenir à la malle continuait à jaser dans un monologue parfait.

Je ne comprenais rien de rien à cette histoire, tellement cela semblait invraisemblable de tout, la malle avait une voix douce et féminine, elle semblait d’un âge relativement jeune, elle parlait, parlait, parlait, qu’au bout d’un moment j’avais cette impression étrange de tout comprendre de ces mots, l’air apeuré, au point même que je me mis à refermer la malle, dans un fracas à en faire tomber les murs de la vieille baraque.

Je pris la main d’Adélaïde, nous marchâmes d’un pas rapide, sans regarder par dessus nos épaules. À double-clé, on referma la porte, je voulus embarquer Adélaïde hors de ses murs, elle en décida autrement. Sa maison, c’était sa vie, son refuge jusqu’à ce que le bon Dieu vienne la chercher dans son sommeil me dit-elle… J’en conclue que je ne pouvais rien y faire pour l’en dissuader, c’était son dernier choix pour se rapprocher de la croix du Seigneur…

Au fil des années, je ne voulus plus rien entendre se rapportant à cette maison, de cette étrange malle, mais je n’avais jamais cessé de penser à Adélaïde. Au point même, d’y avoir voulu donner ce prénom désuet et charmant à la fois, à ma fille que j’eus quelques ans plus tard…Peut-être est-elle encore de ce monde ? Peut-être que la malle attends encore qu’on vienne l’ouvrir ? Si à jamais… Interdiction ! Veuillez jamais ouvrir cette caisse de bois ! Sinon…

Paul Andrews,

Écrit le 28/01/2016.

The Crank E-Serinette.

•20 janvier 2016 • 16 commentaires

The Crank E-Serinette.

DSCF4570

Tournez la manivelle à serinette,

Et faite jouer la musique du bon vieux

Temps, un bel air joyeux d’antan et de fête,

Rendant les Jean et les Marie-Jeanne,

Gais comme des pinsons chantants.

 

Faites des ronds de votre bras, pour

Activez la manivelle, qu’elle soit mécanique

Ou électronique, le bon son de la serinette,

Bien que vieillot, ragaillardira son petit

Monde, petits comme grands enfants.

 

Elle est joyeuse et pénard, la e-serinette du Pierrot

Chantant, elle fait bouger la tête chapeautée

De la Mère Denis avec au bout des lèvres,

Des paroles d’un temps passé, remontant

À la surface dans notre présent.

 

Tournez la manivelle, pour faire chanter le

Serin en volière, écoutez son chant de liberté

Regardez-le danser tout en légèreté, la

Serinette festive lui donnera cette

Belle envie de s’évader.

DSCF4572

Paul Andrews

Écrit le 07/01/2016.

https://alainfelixdenis.wordpress.com/2016/01/11/e-serinette-boite-musique/

(D’après une serinette électronique, fabriqué par Alain Denis

D’après une création de la e-serinette par Pierre Penard.)

Je tiens à remercier mon ami Alain de m’avoir autorisé à utiliser ces quelques photos pour agrémenter mon texte écrit suite à sa petite vidéo bien sympa qu’il a réalisé sur sa réalisation de la e-serinette.

 *Le blog d’ Alain : https://alainfelixdenis.wordpress.com/

*Le site d’Alain : http://alain.felix.denis.perso.sfr.fr

*Sa page Youtube : http://www.youtube.com/user/AERODEN1/videos

Merci également à Alain et à son épouse Marie de m’autoriser à pouvoir mettre leur vidéo en lien ici.

DSCF4571

Alain a fabriqué sa e-serinette suivant les instructions et les conseils de Pierre Penard sur son site http://orgue-de-barbarie.pagesperso-orange.fr/e_serinette.htm . Bien que la serinette soit une invention datant du 18e Siècle, Monsieur Penard a su et réussi à la moderniser électroniquement pour la faire renaître dans notre siècle bien présent !

Je tiens à remercier Pierre Penard pour son ingéniosité et son beau talent

Merci à vous de vous arrêter sur le site de Pierre Penard pour admirer ces créations, ses réalisations : http://orgue-de-barbarie.pagesperso-orange.fr/

Liebster Award

•15 janvier 2016 • 12 commentaires
Pat, Le Rimenaute m’a fait le grand honneur de me nominer aux Liebster Award. Il en va sans dire que l’on aime bien se lire mutuellement, et je le remercie vivement de cette nomination. Je vais répondre, tant bien que mieux, aux 11 questions posés, sans pour autant passer le relais à qui que ce soit d’autres, bien que le but est la continuité du jeu… Mais si chacun de vous qui viendrait me lire désir faire le challenge, n’hésitez surtout pas à le faire…
LE DÉFI DU CHALLENGE

 

  1. Avouer 11 vérités sur soi
  2. Répondre aux 11 questions posées
  3. Proposer le challenge à 11 autres blogs (de moins de deux cent abonnés) en les nominant et leur poser 11 questions
  4. Mettre un lien vers leurs blogs dans l’article
  5. Informer les personnes nommées du challenge
  6. Et pour terminer, informer celui qui vous a nominé que le challenge est fait !
    Mes onze vérités,
    Imaginaires ou véridiques, à vous de voir ;-)

    1-Je peux être râleur comme un breton, 2-fainéant dans une écriture plus longue, 3-je suis fumeur, voilà un bien beau défaut que je sais, 4- je préfère la terre à la mer, 5- le sucré est mon pêché mignon, 5- bientôt proprio d’une baraque de 1938, 6-plutot chien que chat, 7- têtu comme un capricorne, 8-fidèle en amour comme en amitié, 9-l’école c’était pas mon fort du tout, 10-Pas du tout adepte des manège à sensation, 11- au boulot, j’ai la malédiction du cordon du téléphone.

    Les 11 questions de Patrick :
    1 Pourquoi avez-vous créer ce blog ? Ce blog a été crée dans le but du partage de mes écrits bien sûr mais surtout pour me donner un certain plaisir de continuer à le faire…
    2 Qu’aimeriez-vous ,si vous le pouviez encore, améliorer dans votre blog ? Là, je dois dire que visuellement parlant, je le trouve bien comme il est…
    3 Quelle est votre principale source d’inspiration ? Un mot , juste un mot peut être une source d’inspiration, souvent une simple photo peut me permettre d’écrire aussi…
    4 Quel est votre plus beau voyage déjà réalisé ? Je ne suis pas un grand voyageur pour ma part, j’ai en souvenir mes quelques pays visités pendant mon service militaire dans la Marine Nationale, j’ai commencé par l’île de la Réunion, ensuite Djibouti, le Sultanat d’Oman, les Emirats Arabes Unis avec Dubaï, ensuite Karachi au Pakistan pour finir enfin par un retour sur Djibouti…Mais le plus voyage reste celui que l’esprit nous permet de faire dans notre imagination…
    5 Quels sont vos loisirs favoris ? Écrire mes petites poésies quand l’inspiration est là évidemment et sortir mon appareil photo quand les beaux jours apparaissent…
    6 Quelle est la chose qui vous révolte le plus au monde ? La fin dans le monde, la pauvreté…Nous avons notre lot dans notre pays que parfois je ne comprends pas que l’on vienne aider les autres avant de s’occuper déjà de ceux qui vivent chez nous ! À nos dirigeants, aux grands de ce monde de montrer l’exemple avant tout…
    7 Si vous deviez mourir demain, que feriez vous aujourd’hui ? Rien, j’attendrais la faucheuse avec la boule au ventre sûrement, je dirais à ma famille que je les aime, et j’écrirais ma fin en poésie…
    8 Quel est le personnage (encore vivant) que vous aimeriez rencontrer ? Et pourquoi ? Tout personnage mérite d’être rencontré un jour, pour ce qu’il aura à dire, à transmettre, pour que nous puissions continuer à notre tour à raconter sa parole et même si elle n’est pas que d’évangile…
    9 Quelle est (sans modestie) votre plus grande réussite ? Mes filles Sharyn et Wilona, il y va de soi…
    10 Quel morceau de musique pourriez-vous me faire découvrir ? Y’a un artiste qui est talentueux, il s’appelle Damien Saez, ses mots sont écorchés, c’est un rebelle à sa façon d’être et de chanter,mais c’est aussi un grand compositeur de notre temps !
    11.Quelle a été la plus grosse peur de votre vie ? Ma vie est encore assez jeune pour ne pas encore avoir eu de grosse frayeur digne d’être nommer ainsi…

    Un petit coup d’oeil chez mon pote Patrick ?

    C’est par ici : https://lerimenaute.wordpress.com/

Rimaises.

•8 janvier 2016 • 14 commentaires

Vu que 2016 rime en aise, pour ma première poésie écrite de l’année nouvelle, j’ai voulu en faire des Rimaises
Je dédies ce texte à Patrick Harlegand​, mon potoblogueur, qui lui a eu cette merveilleuse idée de rimer à l’aise blaise pour débuter l’année deux mille seize ;-)
À toutes, à tous, meilleurs voeux, belle année, etc !

À Patrick H.

Rimaises.

Je me suis assis sur ma chaise,
En pensant à écrire des mots rimant en aise,
Je me suis dit, faut être fichtrement balèze,
Pour se lancer tel un clown sur un trapèze,
« Hé!, Ramène pas trop ta fraise !»

Je m’y suis vu aller prier au diocèse,
Ô que non pas pour y pondre une grande thèse,
Mais y demander l’aide de la Sainte Thérèse,
De mon mal d’écrire, que je n’y suis pas toujours à l’aise.

Je me suis plongé dans les pages d’un Corto Maltèse,
L’ Hugo Pratt, fort, il était punaise !
Que j’ai failli oublier mon français et sa marseillaise,
Pour me mettre le regard dans celui d’une terrible Milanaise,
Mamma mia, de quoi me faire tomber à la renverse de ma chaise.

Si à jamais je vous gonfle de mes rimes en èse
N’hésitez pas à me le dire que je me taise
J’ pourrais aussi pourquoi pas mettre des charentaises
Et vous faire dire des bondieuseries en catéchèse.

Allez, j’attends l’avis de mon pote Patrick, pas le Fernandez
À savoir de mes p’tites rimaises, si elles ne sont pas trop mauvaises
Et pis, vous savez,  je ne suis qu’un poète Breizh
Allez finissons-en de mes rimaises et comptons jusqu’à seize
Treize, quatorze, quinze, Seize!

Paul Andrews
Écrit le 02/01/2016.

Un petit coup d’oeil chez mon pote Patrick ?

C’est par ici : https://lerimenaute.wordpress.com/

 

Arts et littératures de la Francophonie...

Le monde est dans tes yeux ...

... le premier matin du monde est aujourd'hui ...

kmaidy2

nous partageons, vous partagez ....

La Tribu d'Anaximandre - des photos au fil des jours.... de Danièle Nguyen Duc Long

"La photographie est une brève complicité entre la prévoyance et le hasard." Bienvenue dans mon univers photographique.

Le peuple du Boréal

Le vent du Nord qui te ramène doucement à la maison, vers tes traditions. 

Soizic Pineau, artiste photographe

Partager, discuter, échanger autour de la photographie

Karine St-Gelais

L'usine qui crochissait les bananes, Nouvelle Baieriveraine sous ma plume rafraichissante p'tite vie, p'tite misère...

Roberte Colonel

Des mots, rien que des mots.

Mariessourire essence d'émotions

L'essentiel est invisible pour les yeux, on ne voit bien que par le coeur...

« UnClicUnePhoto »

Photography and Co by Anne-Cécile

Arrêt Facultatif

Om even bij stil te staan, of niet.

Images en blog

Des images, bonnes ou moins bonnes... à vous de juger.

Humeurs en blog

Les humeurs, c'est comme le ciel, ça change tout le temps... Mes coups de coeur, mes coups de gueule sur le monde qui nous entoure.

- En écrit libre -

Poésie libérée conservatrice, plutôt orientée vers le symbolisme, qui s’attache à suggérer des états d’âmes, refléter les mouvements de l’esprit et du cœur.

G@ël LOAËC-P@ul Andrews (Blog 3)

Des Poèmes, Des Poésies, Des Écrits En Terre de Poèmesie (Virtu@l Book N°III.)

pppjwd

ich mach`s einfach !

Freellium

Free way to feel

Le rimenaute

Pour vous toucher par les mots... avec le concours de Lilou, ma nièce.

Au Pays de mes Rêves

Oser y croire ...!

l'encre des âmes....

" l'âme , Lumière d'Amour "

Partage de nos mots échange de nos sourires

pour le plaisir de partager !!!

MONSIEUR PØCKPÄ

Splash Of Culture

Instants Fugitifs

photos des Instants Fugitifs de la Nature

Mamie en cavale

La pratique de la photographie m'aide à mieux vivre. Merci de votre visite. Merci aussi de commenter.

bienvenue chez peanuts

que la force soit avec nous

orepuk

En sortant de chez moi

TK.KIM

Car je suis intimement persuadée qu’il n’y a rien de plus sensé que de se perdre n’importe où, et de courir dans toutes les directions à la fois

L'oeil en clic

Faiseur d'images, marqueur d'instants

Moonath - L'univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

De Moi vers Vous... De Vous à Moi

ENSEMBLE, 52 semaines, au naturel

Duo de photos et textes, par Anne Jutras et Nathalie Lauzon

Maître Renard

S'il te plaît, apprivoise-moi...

Evelyn Wallace -The Castle Lady

Do you love castles like me ?

Sur les Rives de mon Coeur ♥

Le Cœur perçoit ce que l'œil ne voit pas...

mes mots douceurs .

Le style, cest le mot qu'il faut. Le reste importe peu. (Jules renard)

I like fish'n'chips

Dessins poétiques, textes rigolos et vice-versa

puzzleblume

Leben ist nicht genug, sagte der Schmetterling. Sonnenschein, Freiheit und eine kleine Blume gehören auch dazu. (H.Chr. Andersen)

ETOILE DES NEIGES

Viens en ami-es sinon reste chez toi !!

Et si j'étais transparente ?

La suite de "Ma boîte à soleil"

Voyage Vers Soi

52 semaines d'autoportraits

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 543 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :